Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 14:52

Centre commercial...agaçant...allez, un peu de grotesque !

 

 

« Laissez-vous guider ! »  ...cette consigne-marketing collée en gros sur le devant de la machine à café est exaspérante !

Et puis quoi encore, la race humaine est tellement décérébrée qu'on lui prend la main pour tout ! Dès les sous-sols du centre commercial, tout est fait pour prendre en charge le pauvre citoyen incapable de penser : des petites lumières vertes et rouges pour lui indiquer les places libres de parking, pas besoin de chercher, pauvre paumé, la voix doucereuse en descendant de voiture qui indique que vous êtes au deuxième sous-sol, pas besoin de regarder, pauvre zozo, les petits pas rouges dessinés au sol qui vous mènent à la sortie, pas besoin de s'interroger, pauvre nouille, le bel escalator qui vous hisse à l'étage, pas besoin de marcher, sac à patates, la machine à café « Laissez-vous guider », pas besoin de réfléchir, pauvre acephale … deuxième sous-sol, béton jaune, soleil pour tubercule, premier sous-sol, béton bleu azur, caraïbes pour invertébré, rez-de-chaussée, néons et luminaires éclatants, marbre lustré, poubelles propres, palmiers verts en plastiques, parasols roses et chaises longues, illusion pour cornichon, la tête vous tourne, habits inutiles mais soldés, sucreries écoeurantes mais colorées, gadgets stupides mais technologiques, musique dégoulinante, vitrines stroboscopiques, bidules et machins en promotion...et là ! soudain !  Une envie irrésistible, irrépressible, violente... couper l'électricité !!

 

Il suffit de repérer rapidement l'endroit approprié pour déclencher un court-circuit, en un tour de main, c'est fait ! mais si! imaginons! Les plafonniers clignotent dans un bruit métallique, les têtes se lèvent, quelques étincelles et c'est le noir complet ! Le vomissement de la musique s'arrête net, des exclamations puis des cris fusent. Les escalators stoppent, quelques zouaves mal accrochés tombent. Les portes coulissantes se bloquent, une rombière s'y coince le mollet et couine. La machine à café s'éteind mais le liquide chaud dégouline sur les pieds d'un eczemateux mal réveillé, efficace le café, le bachi-bouzouck hurle. C'est le moment des rencontres inopinées, la foule titube, mains en avant, plus de guide, plus de consignes, ils errent. Une tête de lard percute un pleurnichard, une graine de vaurien rafle les bonbons d'une vitrine, une brute bouscule une vioque pour lui arracher son sac à main, un huluberlu se met à clamer la fin du monde, un sacripant lui fait un croche-pied.

La lumière revient subitement. Il ne s'est pas écoulé trois minutes. Le tableau est admirable. Pagaille et bazar, du barda partout, des vitrines effondrées avec tout le fourbi au sol. Hommes et femmes décoiffés, rouges, certains à quatre pattes, ou la main accrochée sur un article, effondrés en pleurs ou vociférant de rogne. Un drôle de coco a les mains remplies de gaufres, un autre se soulage au pied d'un palmier. Une mère serre à l'étouffer son enfant, comme si King-Kong et les martiens avaient débarqués, une vendeuse trépigne en hurlant.

 

Dehors le soleil brille mais ils ne le savent pas. Dehors les oiseaux chantent mais ils ne peuvent pas les entendre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure-Emmanuelle Muller, lorema-autreregard-Cancer
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lorema-autreregard-surlecancer-over-blog.com
  • Lorema-autreregard-surlecancer-over-blog.com
  • : de l'énergie positive: un regard autre sur cette maladie effrayante, le cancer, qui pourtant peut se vivre avec espoir, pouvant ouvrir le regard, au delà de la flétrissure et de la souffrance, sur la merveille d'être simplement en vie à l'instant présent. Depuis 5 ans, je témoigne de ce que le cancer peut introduire dans le quotidien: une autre conscience, une autre manière d'être, une célébration de la vie. Parvenir à se libérer de la peur pour réaliser cette formidable capacité à vivre.
  • Contact

Pourquoi ce blog ?

  Souvenir d'enfance Copyright L E Muller

Dans l'espoir qu'il puisse éparpiller des gouttelettes d'énergie positive, qu'il puisse semer des graines d'espoir:  ce blog a pour objectif le partage d'une expérience de vie heureuse en dépit d'un compagnon non invité, le cancer.

Le témoignage d'un vécu individuel, un témoignage positif d'une façon de continuer à vivre bien, parfois même à vivre mieux malgré la maladie.

Ce témoignage avait initialement pris la forme d'un livre "Cancer n'est pas fatalité" (cf rubrique Publications ci-contre), pages qui se déroulent comme les pas qui avancent sur un chemin de guérison et de renaissance, alternance de textes et de photographies.

 

Accepter le cancer a été pour moi une étape décisive, passer de la révolte paniquée à l'acceptation plus tranquille, mais pas à la résignation, certainement pas ! : cela m'a permis ensuite de continuer ma vie, non pas à travers le filtre du cancer, mais simplement avec lui, puisque le choix ne m'était pas donné de le congédier.

Ne pas devenir sa maladie, ne pas s'y laisser engloutir, mais rester soi, et savoir trouver la part de bon chaque jour, être capable de vivre pleinement les moments d'apaisement, sans les polluer par la crainte de ce qui potentiellement peut suivre.

  " Notre devoir le plus impérieux est peut-être de ne jamais lâcher le fil de la Merveille. Grâce à lui, je sortirai vivante du plus sombre des labyrinthes." disait Christiane Singer, elle-aussi atteinte d'un cancer.

 

Photographe amateur depuis longtemps sans pour autant m'autoriser jusque là à vivre pleinement cette passion, trop prise par le travail, par les diverses "obligations", le cancer m'a ouvert une brèche dans ce mur des "obligations": j'ai élagué et trouvé le temps et l'énergie d'aller jusqu'au bout de cette passion. 

Ayant en parallèle re-découvert les vertus apaisantes de la poèsie, cette forme d'expression souvent mise au rebut actuellement, j'ai décidé de réaliser une sorte d'anthlologie de poésie illustrée par mes photographies, et d'en tenter une publication, démarche que je n'aurais jamais faite avant la maladie !

Un médecin disait à Christiane Singer "Au coeur d'une maladie mortelle on peut tout entreprendre avec le temps imparti. Le temps y trouve une autre nature, une autre extension, une autre dilatation. On y gagne l'inespéré."

Ainsi j'ai nommé ce livre "Voir le fil du temps" (cf rubrique Publications ci-contre) et je l'ai dédié à mes enfants: ralentir le rythme trépidant de la vie dans ce monde hyperactif et voir autrement, ces deux idées ont constitué mon fil conducteur. Par la lecture de poésies, par ces fenêtres ouvertes sur la nature, je voulais donner la possibilité au lecteur de reprendre son souffle, de laisser la vie se mouvoir lentement, respirer pleinement l'instant présent ! Un florilège de photographies et de poésies pour une flânerie au fil des mois, faisant tourner doucement la roue des saisons.

 

Chacun vit probablement son cancer de manière différente, individuelle, - notez bien que je dis "vivre"- mais lorsqu'il nous amène au creux de la vague, pouvoir découvrir que l'on peut s'en sortir, surmonter, voir même finalement que l'on peut ré-apprendre à vivre, à savourer, à goûter la vie plus fort, cela ne peut être qu'une corde d'espoir à laquelle s'accrocher pour sortir du fond de la vague.

 

J'ai vécu des périodes douloureuses, mais aussi des rencontres avec des patients plein d'énergie qui m'ont alors redonnée force et espoir.

C'est à mon tour aujourd'hui de faire de même, partager comment je m'en suis sortie, et comment je vis depuis.

Merci à toux ceux qui m'ont soutenue ces dernières années, et à ceux qui m'ont ouvert les yeux.

Laure-Emmanuelle Muller    

Recherche

Droits réservés

Les photographies et textes mis sur ce blog ne sont pas libres de droits.

© Laure-Emmanuelle Muller